L’étiquette de la piste

 

Pour beaucoup de gens en Europe, la Country Western Dance est une nouveauté qui nécessite de se familiariser avec ses spécificités.

Certaines règles de savoir-vivre et de politesse permettent de danser en bonne entente avec les autres danseurs sur la piste de danse. Chacun respecte l'autre et respecte également un ensemble de bonnes manières et de conventions que l'on regroupe sous le terme de « l'étiquette ».

Au-delà des simples aspects techniques (placement des danseurs sur la piste), d'autres facteurs plus humains entrent en compte dans le fait de bien se comporter.

L'étiquette de la piste de danse n'est, vous le verrez, qu'une simple mise en action du bon sens et l'application des règles de politesses de la vie de tous les jours au fait de danser en société dans un même lieu. Elle sert à gérer la piste et il est essentiel de la connaître.

Si vous rencontrez des personnes qui ignorent l’étiquette, informez-les de son existence et donnez leur l’adresse du site !...

 

 

LA PISTE DE DANSE


 

La piste de danse est divisée en 3 parties :

 

Elle est prévue pour les danseurs de danses en ligne, mais aussi de rock, de swing, de rumba, bref, toutes les danses dites « stationnaires » (c.-à-d.  sans déplacement continu autour de la salle). Quand la musique commence, les line-dancers se placent sur le devant (vers les spectateurs en soirée, vers la scène lors des concerts) de façon à créer une première ligne puis des colonnes. Les danseurs de rock, de swing, etc. se placent aussi dès le démarrage du morceau sur les cotés ou dans les coins entre les line-dancers et la partie 2 destinée aux danses progressives afin de délimiter leur espace au plus tôt.

 

Elle est destinée aux danses progressives. Cette partie intermédiaire forme un couloir de danse et doit être accessible pour des danses Partners qui comportent des "arrêts et des reprises" (telle que les mixers, le Cotton Eyed Joe, le Sixteen Steps, etc.) et également lorsque les danseurs en couples exécutent des passes qui ralentissent la progression. Les danseurs évoluent en suivant une ligne de danse (« LOD » - Line Of Dance -) dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Cependant les « coins » ne doivent pas être coupés ni la piste traversée. En cas de dépassements, ceux-ci se font par la droite.

 

Elle est destinée aussi aux danses progressives. Elle est utilisée uniquement lors de danses "free style" et habituellement empruntée par les danseurs en couple sur les danses les plus rapides (Polka, Valse rapide, Two-Step). Cette ligne de danse (appelé aussi couloir de danse) est donc utilisée par les danseurs plus expérimentés progressant plus rapidement que les autres. Comme dans la partie 2, les danseurs évoluent en suivant une ligne de danse (« LOD » - Line Of Dance -) dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Les dépassements se font donc toujours par la droite.

« Le plus souvent les parties 2 & 3 ne constituent qu’un seul couloir large où les danseurs progressent autour de la piste centrale en suivant la ligne de danse dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Afin d’éviter les embouteillages, il ne faut pas hésiter à doubler les danseurs les plus lents. Le dépassement se fera par la droite. »

 

L’ETIQUETTE DE LA PISTE

1.  On ne doit pas manger, boire, chiquer, cracher ou fumer sur la piste. Le parquet d’une salle de danse est à respecter tout autant que les danseurs, et un accident est vite arrivé (blessures, brûlures, tâches). Pour les mêmes raisons le port d’éperons ou d’armes n’est pas permis sur la piste.

2. Les placements se font d’abord sur la 1ère ligne (face aux spectateurs en soirée, face à la scène lors de concerts), les retardataires forment les lignes suivantes en s’alignant sur la 1ère. Complétez les bouts de lignes tout en laissant la place sur le pourtour de la piste pour les danseurs en couples.

3. Si la danse est annoncée, respectez l’annonce. Dans le cas contraire adaptez-vous à la chorégraphie du 1er groupe qui lance la danse. Cependant s’il y a assez de place, il est permis sur une même piste de faire des chorégraphies différentes. L’observation des autres danseurs évitera de faire la même chorégraphie avec 1 mur de retard dans un endroit différent.

4. Prenez le temps d'écouter la musique, son style, son rythme, son tempo afin de choisir la danse qui s'adapte le mieux.

5. Les variantes sont possibles si elles ne gênent pas les autres danseurs. Il est préférable cependant d’apprendre correctement les pas afin de respecter le travail du chorégraphe. Mettez du style à votre danse, pas du volume. Bien entendu, libre cours est donné lors des démonstrations ou soirées privées.

6. Essayez de vous adapter à la chorégraphie de l’endroit où vous vous trouvez dans les autres régions ou pays.

7. Sur une piste encombrée, réduisez vos déplacements et les gestes démesurés. En cas de bousculade, il est de coutume de s’excuser, que se soit de votre faute ou pas. Si vous renversez le verre d’un spectateur, il est d’usage de lui en offrir un.

8. N’apprenez pas une nouvelle danse sur une piste encombrée. Essayez de la mémoriser et entraînez-vous en dehors de la piste ou en bout de ligne pour ne pas gêner. Pour enseigner une danse, quittez les lignes pour un endroit plus dégagé.

9. Si vous prenez la danse en cours, attendez une ouverture sur la piste avant d’y entrer, ne traversez jamais une ligne de danseurs et respectez l’alignement. En couple, faites le tour de la piste pour prendre place et ne vous imposez pas sur un couloir de danse surchargé. Il faut savoir passer son tour. Si vous ne dansez pas, quitter la piste sans gêner les autres danseurs. Evitez ensuite les conversations trop bruyantes en bord de piste.

10. Toutes les danses ont un intérêt, qu’elles plaisent ou non, et si vous ne l’appréciez pas, ne la ridiculisez pas pour autant et n’ayez pas de moqueries à l’égard des danseurs. Ne vous moquez pas non plus de quelqu’un qui a du mal à réaliser une danse ou qui a au contraire son style bien à lui. Une soirée est à chacun, soyez indulgents.

 

QUELQUES MOTS SUR LA « COUNTRY WESTERN DANCE » … 

Fans depuis toujours ou amateur récent de musique Country, on vient à la « Country Western Dance » comme un aboutissement de sa passion des grands espaces de l’Ouest américain et du style de vie qui lui est associé ou pour simplement s’amuser durant les bals sur des musiques entraînantes…Peut-être abordez-vous la « Country » pour la 1ère fois et ce « milieu », ce « petit monde » suscite pour vous quelques interrogations. (voir aussi l'excellent blog de Pascaline : http://uzazie.skyrock.com/1.html )

Mal connue ou méconnue en France, la musique Country est en train d’y conquérir lentement ses lettres de noblesse. Les Français, bien souvent, aiment la country sans le savoir car à travers des chansons très connues de la saga de l’Ouest (par ex. Hight Moon, le fameux « si toi aussi tu m’abandonnes ») on retrouve des airs enfouis dans notre mémoire collective. Ces musiques si typiquement américaine nous semblent pourtant en France relativement familière à l’oreille. Elles ne nous sont effectivement pas complètement étrangère puisque ces origines sont bien européenne. Les Américains sont, on a un peu tendance à l’oublier, des Européens partis courir leur chance au Nouveau-Monde.

Venues d’Irlande, d’Italie, de France et d’ailleurs les musiques ont aussi émigrés pour être cantonnées dans un premier temps dans les Appalaches sans subir d’évolution. Au fur et à mesure de la conquête de l’Ouest et du développement des transports (notamment par le rail), le désenclavement des régions et le mélange des influences ont ensuite considérablement modifié ces musiques (voir histoire de la Country, de Root77).La musique appelée Country englobe donc un ensemble de styles musicaux ayant une origine commune mais dont les ramifications actuelles vont du Blue Grass au Cajun en passant par la valse, la polka, le charleston, le East Coast Swing, le West Coast Swing, le Two-step, etc.
L’histoire de la Country Western Dance est beaucoup plus récente. Nous ne l’abordons d’ailleurs dans ces pages que dans son ultime évolution qui est la Line Dance ou Danse en ligne. En effet la Line Dance est très récente (une vingtaine d’année à peine), jamais auparavant cette façon de danser n’avait existée (seul le Madison l’a précédé). Le quadrille, la contre-danse, la square dance, la danse en couple, la danse isolée en improvisation ou en spectacle existait mais jamais la danse sous une forme chorégraphiée n’avait été réalisé à la fois indépendamment par chaque danseur et en commun sur une piste de danse en se mettant en ligne. On explique cette évolution par l’envie ou le besoin des danseurs de s’exprimer dans la danse à leur façon tout en faisant parti d’un « groupe » ayant la même passion. L’engouement actuel pour cette nouvelle forme de danse s’explique bien sûr aussi par la possibilité de venir danser seul… 

Mais comme rien n’est jamais simple on distingue depuis quelques années une scission au sein même de la Line Dance. En effet on retrouve d’un coté les amateurs de musiques Country qui dansent en ligne sur la piste en tenue western la plupart du temps et d’un autre coté une nouvelle génération de danseurs qui ont adopté la Line-Dance pour s’exprimer sur des musiques dites Non-Country (Pop, hip-hop, techno, musiques latine). Ces nouveaux adeptes de la Line Dance s’orientent d’avantage vers des musiques très rythmées en tenue de sport et baskets de danse (sneakers). L’esprit Western est mis de coté pour privilégier l’aspect « Plaisir de s’éclater » sur toutes les musiques quel qu’en soit le style. On se dirige donc vers des bals où la musique est annoncée  « Country ou Non-Country »…

A l’heure actuelle nous sommes peut être à un tournant de la Country Western Dance car le quota de titres dans les soirées étant souvent pour le moment à 90% Country et à 10% Non-Country pourrait évoluer dans d’autres proportions comme au Royaume-Uni. Là-bas les concerts et festivals au milieu des champs ont été remplacés par des DJ animant avec leurs platines un parterre de danseurs alignés dans d'immenses gymnases. Chacun est libre de s’amuser comme il l’entend mais les débats sont souvent animés à ce sujet.

Le regret des amateurs de Country vient plutôt du risque de diminution des concerts et festivals au profit de structure type « boite de nuit » moins familiale, et la Country qui aurait amenée la Line-Dance se retrouverait à nouveau mise à l’index et considérée comme une musique de « Red Neck » (littéralement Cou-rouge, désignant les paysans du sud en Amérique), image dont elle venait à peine de se départir…

 

Mais revenons à notre thème pour éclairer le néophyte sur ce petit monde qui fréquente les bals et les festivals Country dans lesquels des groupes Américains, Australien, Belge et Français se succèdent pour faire danser des centaines de passionnés sur des parquets improvisés et attirant une foule contente d’écouter un autre son dans une ambiance bonne enfant et souvent champêtre.

En « Country », l’attitude générale est plus décontractée qu’en danse de salon dans la mesure où l’élégance a moins d’importance.

Traditionnellement vous avez dû voir les cow-boys et les cow-girls danser en mettant les pouces dans les passants de ceinture du jean ou sur la ceinture, plus rarement les mains sur les hanches. Avec l’arrivée de la « New Country » et de chorégraphies de plus en plus compliquées, les bras accompagnent maintenant davantage les mouvements ne serait-ce que pour garder un certain équilibre…l’important étant de ne pas rester les bras pendants le long du corps. Les mouvements de bras « volumineux » et les déplacements exagérés sont cependant plutôt à réserver pour les compétitions ou lors de spectacles.

La tenue aussi est toujours décontractée. Jean, jupe ou robe, pas besoin d’être la plus belle (ou le plus beau) pour allé danser…En général on cultive plutôt le coté « authentique » loin des strass et costumes sombres…

Dans les régions où les cow-boys exercent encore ainsi que tous ceux qui ont un travail proche de la nature, les vêtements ne sont pas de l’apparat, il s’agit belle et bien d’un confort qui ne saurait souffrir d’aucune fioriture ou d’accessoires gadgets.

Ainsi pour la plupart des passionnés de l’Ouest, on ne se déguise pas, on s’habille western. En France certaines personnes, sans pour autant tomber dans le cliché et la panoplie, se sentent « cow-boy dans l’âme » et mènent une existence proche de leur conception de la vie et de la nature. Le port du jean, de bottes et d’une chemise sobre n’est d’ailleurs pas incompatible avec la vie de tous les jours dans notre société.

Seul le chapeau vient s’ajouter lors des rendez-vous country.

Les cow-boys recherchent d’avantage cet aspect « authentique » avec des vêtements solides et confortables, les chemises et broderies aux couleurs chatoyantes ayant parfois tendance à donner une image « cow-boy d’opérette » finalement pas très valorisante. Pour les cow-girls, on est plus dans la recherche de la mise en valeur du corps avec un choix beaucoup plus vaste allant des robes à frou-frou à la tenue de Squaw en passant par les jeans avec chemise à carreaux…

Concernant les bottes, il existe des modèles spécialement dédiés à la danse mais on ne les trouvent généralement que chez les fabricants présents lors de compétitions. Une simple paire un peu souple fait très bien l’affaire, l’important étant d’être à l’aise dedans. Prévoyez éventuellement 2 paires de bottes d’accroches différentes afin de ne pas vous faire piéger par un parquet glissant ou un revêtement au contraire trop adhérent.

S’il fait chaud apportez avec vous des vêtements de rechange, c'est toujours désagréable de danser avec une éponge imbibée de sueur (on parle du vêtement, pas de votre éventuel partenaire !).
Vous n’êtes bien sûr pas obligé d’avoir le style western mais les survêtements à capuches et les baskets sur coussin d’air ne sont pas ce qui se fait de mieux pour créer une ambiance Country !

Pour en finir avec la tenue, nous vous proposons quelques lignes qui pourront faire sourire mais qui apportent un éclairage intéressant sur les règles de politesse liées au port du chapeau :

Au temps de la chevalerie, soulever la visière de son heaume afin de montrer son visage était une marque de respect et un signe de non-agression puisque la main désarmée était montrée…
Par extension, soulever tout autre couvre-chef est devenu un signe de respect ou de révérence.
Cette tradition (ou étiquette) a été perpétuée tout au long des siècles par les hommes, qu’ils soient nobles, simples paysans ou esclaves.

De nos jours le chapeau a perdu de sa popularité et les règles de l’étiquette, jadis connues de tous, sont tombées dans l’oubli.
Il y a deux degrés de courtoisie à respecter lorsqu’on porte un chapeau et tous les deux sont exécutés comme un signe de respect vers l'autre et de dignité envers soi :

Règles extraites de « l’étiquette du chapeau » (source : Cheyenne Country Line Dancers):

 

Un homme incline ou soulève son chapeau (généralement pour des étrangers):

- Lorsque, marchant avec un ami, il croise une femme que seul son ami connaît;
- S’il demande un renseignement, son chemin à une femme (ou à une personne âgée);
- Lorsqu’une dame le remercie pour une aide ou un service rendu ;
- Lorsqu’il s’excuse auprès d’une femme inconnue, soit qu’il la dérange accidentellement ou la bouscule dans une foule, ou encore s’il doit la croiser dans un espace réduit ou s’il est forcé de passer entre deux personnes qui conversent, en particulier si l’une d’elle est une femme;
- Si un étranger a un geste de courtoisie envers une femme qu’il accompagne, comme par exemple ramasser un objet qu’elle aurait laissé tombé, lui ouvrir une porte ou lui céder son siège.


Incliner votre chapeau est un geste conventionnel, il se fait en le soulevant à peine d’une main (normalement la droite si elle n’est pas occupée), par la couronne si le chapeau est mou, ou par le bord s’il est raide. Votre cigarette, pipe ou cigare devrait toujours être ôté de la bouche avant d'enlever ou d’incliner votre chapeau.

Un homme enlève son chapeau (généralement pour les amis) :

- Lorsqu’il est présenté à quelqu'un, ou en disant « au revoir » à une femme, une personne plus âgée, ou un ami.
- Pour saluer une personne croisée dans la rue, en particulier une dame, (dans certains cas, incliner ou soulever son chapeau peut suffire).
- Pendant une conversation, en particulier avec une femme, une personne plus âgée, ou un ecclésiastique.
- Pendant que l’hymne national est joué.
- Pendant une cérémonie funéraire ou au passage d'un cortège funèbre.
- Lorsqu’il parle avec quelqu’un d’une femme respectable, ou d’une personne disparue qui lui était chère.

 

À l'intérieur, un homme devrait toujours enlever son chapeau, (en particulier dans une maison, une église, une salle de cour ou un restaurant) excepté :


- Dans les bâtiments publics ou les endroits publics tels que gares et bureaux de postes.
- Dans la pièce principale d’un café ou d'un grand magasin
- Assis au comptoir d’un snack ou café, pour manger ou boire.
- Dans des halls d'entrée et les couloirs des bâtiments publiques et administratifs, ou d’hôtels.
- Dans les ascenseurs des bâtiments publiques ou administratifs, à moins qu'une femme ne soit présente.
- Si en entrant, les deux mains sont occupées par des paquets, des colis ou des sacs.

En cas de doute, la meilleure attitude est d’enlever son chapeau dès que possible. Il est considéré comme un signe de mépris ou un manque de respect de garder son chapeau sur sa tête quand il serait approprié de l'enlever. Il est étonnant de constater combien de personnes n'enlèvent pas leur chapeau pour l'hymne national ou lorsqu’un cortège funèbre passe !

Généralement, les femmes sont dispensées de toutes ces règles. Particulièrement si leur chapeau est attaché (noué ou épinglé) à leurs cheveux. Si une femme est habillée dans un style masculin (jean, chemise, etc..) et porte un chapeau d’un modèle masculin, il lui est conseillé de l’enlever pour l'hymne national ou au passage d’un cortège funèbre, mais les autres règles ne sont pas à appliquer.

A la question : « que faire de son chapeau quand on l’enlève ? » Il n’y aucune réponses précise à ce sujet. Le bon sens dicte qu’il pourrait être tenu dans la main gauche, laissant la droite libre pour serrer la main, pour ouvrir des portes ou pour prêter une aide dans des escaliers ou autre. Dans les cas où il est enlevé pour l'hymne national ou à un enterrement, il est généralement enlevé par la main gauche et tenue sur votre côté ou enlevé par la main droite et tenu contre votre poitrine.

N’oubliez pas qu’un chapeau est un article strictement personnel, parfois très coûteux. En aucun cas vous ne devez demander à essayer le chapeau d’autrui et n’y touchez pas en règle générale.

Faites l’effort de  "montrer l’exemple" et de transmettre ainsi ces traditions à la prochaine génération de « cow-boys » en portant aussi un chapeau de qualité lors d’événements Country. Le respect et les bonnes manières, la politesse, avec ou sans chapeau, font non seulement partie de « La country attitude » mais sont une partie de notre histoire et culture que nous perdons lentement !

L'invitation

L'invitation est le moment crucial qui fait déjà partie de la danse. Traditionnellement, ce sont les hommes qui invitent, à l'exception des quarts d'heure américains où les rôles sont inversés. Cependant la société évolue et de nos jours les femmes peuvent inviter les hommes sans paraître dévergondées ou que ceux-ci ne s'en offusquent. Sachez qu'avant tout si vous voulez être invité(e), il faut paraître "disponible".

Un simple contact des yeux en souriant peut suffire à suggérer à une personne que vous désireriez être invité. Si on vous invite et que vous désirez refuser, restez poli(e) et souriant(e) et surtout n'acceptez pas d'autre invitation sur ce même morceau de musique. Ce serait incorrect.

La danse devrait être faite avec le même partenaire jusqu'au bout du morceau de musique. Pas question d'arrêter au milieu : vous avez invité ou vous avez accepté une invitation. Il faut à présent assumer même si vous vous apercevez qu'il ou elle a un gabarit différent du vôtre.

Enfin, il est de bon usage d'avoir l'air d'apprécier la danse et de ne pas se plaindre d'un (ou une) mauvais(e) danseur/danseuse. Ce qui n'empêche pas de systématiquement refuser les invitations ultérieures...

Les hommes ou les femmes en couple devraient réserver la première et la dernière danse à leur partenaire. La courtoisie dicte également que si vous voyez une dame sans partenaire vous devriez danser avec elle au moins une fois.

Si vous voulez danser en couple, demandez poliment à un/une partenaire et n’oubliez pas de demander à sa compagne/son compagnon.  Cela évitera tout malentendu.

A la fin du morceau, vous pouvez proposer à votre partenaire de poursuivre sur le morceau suivant mais ne le (ou la) monopolisez pas trop longtemps. Trois titres d'affilée est un maximum à moins que ce ne soit votre partenaire attitré. Une fois la série achevée, chacun remercie poliment son partenaire et on se doit de quitter la piste de danse rapidement - mais élégamment - pour laisser la place aux autres danseurs qui entrent en piste.

Pendant la danse, c'est l'homme qui guide. C'est la règle dans la grande majorité des danses. C'est donc à lui d'établir la trajectoire du couple dans la salle. Mesdames, ne contrecarrez le guidage du danseur que pour éviter une collision qu'il n'a pas pu anticiper ou voir (il peut parfois se trouver dos à la ligne de danse). Si malgré tout vous provoquez un choc avec un danseur voisin, excusez-vous.

Chaque danseur a sa place sur la piste, quel que soit son niveau. Si vous êtes débutant, n’hésitez pas à monter en piste, ne restez pas à regarder, prenez votre courage à deux mains et allez-y.  Les jambes qui tremblent disparaîtront très vite. Tous les danseurs sont passés par là et ce n’est qu’en pratiquant que l’on prend de l’assurance. Un conseil : avant de partir ou sur le chemin, remémorez-vous vos cours de danse, avec une bonne technique, vous ferez le plaisir de votre partenaire et le fait de connaître ses pas enlève au moins une appréhension.

C'est aussi respecter ses partenaires éventuels que de faire des efforts pour ne pas faire "boulet" dans une soirée dansante.

 

Messieurs, un cow-boy n'est pas une brute dénuée de savoir-vivre, tenez-vous correctement et avec galanterie.Bien qu’il n’y ait aucune règle à ce sujet, les danseurs expérimentés devraient laisser leur place aux débutants lorsque la musique en cours concerne une chorégraphie « Débutants » et que la piste est saturée. Qui sait ? Ils attendaient sûrement cette danse depuis un moment…

Lors des concerts, les musiciens adorent voir les danseurs s’amuser sur la piste, c’est leur motivation principale d’ailleurs de faire passer une bonne soirée aux spectateurs. Il est donc important de les applaudir après chaque morceau en se tournant vers eux. Les chanteurs vous le diront, rien de plus encourageant qu’un tonnerre d’applaudissement, et à contrario rien de plus démotivant qu’un parterre de spectateurs avare de ses mains et des danseurs satisfaits d’eux même mais oubliant d’applaudir les musiciens.

Les personnes présentes lors des bals ou festivals et qui vous regardent ne devraient pas être ignorés non plus. Spontanément ils vous applaudiront car c’est une sorte de spectacle que vous offrez. A ce titre les regards portés vers le public sont importants car observer ses pieds ou la ligne bleue des Vosges en dansant ne permet aucun échange avec les spectateurs et met de la distance entre vous et eux, tandis que des coups d’œil et des sourires distribués génèrent une sorte de complicité propice à l’émerveillement des enfants et à la sympathie des adultes…

En dehors de la piste il est une démarche à préciser à l’attention des Animateur (trice)s :
Enseignez la danse telle qu’elle a été chorégraphiée sans la modifier ou même la simplifier afin de faciliter son apprentissage. Si vous avez des doutes sur un enchaînement, contactez le chorégraphe afin de ne pas induire en erreur vos élèves.

Sur les feuilles de chorégraphie doivent apparaître :

Le nom de la danse (éventuellement la date de création), le nom du chorégraphe, les titres des morceaux sur lesquelles la chorégraphie est adaptée avec le nom des groupes ou des interprètes (éventuellement les albums), le type de danse (line ou couple), le niveau, le nombre de mur, le nombre de temps, le nombre de BPM (Battement Par Minute), éventuellement la position de départ pour les danses en couple.

Les danses n'appartiennent qu'à leur chorégraphe, par contre le travail de traduction dans sa langue, de clarification ou de correction si les feuilles existantes sont erronées appartient à celui qui l'a fait. Ayez l'honnêteté de ne pas photocopier la feuille en remplaçant par votre propre logo celui de la personne qui a passé beaucoup de temps à mettre au point la description.

Tout ce qui est ci dessus est écrit par Daniel


Pot commun National (toutes les danses communes en France que vous devez connaître afin de pouvoir danser partout ou presque)